ACTIVITES D’ACRIDES

Activités d’ACRIDES - Association pour l'Enfance Défavorisée (CAP VERT)

Lourenca_Tavares

Mme Lourença Tavares – Présidente du Conseil d’administration

Introduction

La situation actuelle de pandémie de COVID-19, aggravée par l’obligation de confinement [décret de l’état d’urgence], s’est présentée comme l’un des plus grands défis sanitaires, sociaux et économiques au Cap-Vert de Tira-chapéu.

Ainsi, ACRIDES, une ONG qui promeut et défend les droits des enfants, a lancé et coordonné la campagne “Solidarité en action” dont l’objectif était de collecter des dons et des aides financières pour l’achat de nourriture afin de distribuer des paniers de nourriture de base à la population la plus vulnérable du quartier de Tira-chapéu touchée par la pandémie COVID-19, où elle mène des interventions sociales depuis 10 ans. La campagne a pu atteindre d’autres quartiers de la ville de Praia pour aider les familles en situation précaire. La campagne a débuté le 6 avril, avec le stockage des produits alimentaires donnés, l’ensachage des paniers et leur distribution.

Dans un premier temps, la campagne s’est adressée aux enfants ayant des besoins spéciaux et aux personnes âgées. Avec l’extension de l’état d’urgence, il était nécessaire d’élargir la stratégie de collecte de nourriture et d’autres produits de première nécessité pour aider les familles les plus vulnérables du quartier de Tira-chapéu.

Activités réalisées par l’ONG ACRIDES

A cause de la pandémie du Covid-19 et la pauvreté dont fait face la population du Cap Vert, l’ONG ACRIDES a focalisé ses activités dans l’octroi des denrées alimentaires aux enfants en besoin et aux personnes de troisième âge surtout les femmes.

La campagne a débuté le 6 avril, avec le stockage des produits alimentaires donnés, l’ensachage des paniers et leur distribution.

Eu égard à ce qui précède, tout au long de cette année, l’ONG ACRIDES a assumé le rôle de soutien aux familles les plus défavorisées en étant présentes dans les quartiers, dans les actions d’aide alimentaire aux familles dans le besoin, dans la collecte de dons et dans la sensibilisation de la population.

Ainsi, deux campagnes ont été lancées sur le réseau social Facebook: l’une sous l’instruction de la psychologue capverdienne Dr Rosilda James, résidant aux USA, en Californie et, l’autre sous la direction des membres d’ACRIDES Paris. Ces deux initiatives ont permis de récolter 801 795 $00 ECV (9 000 dollars et 800 euros), ce qui a largement contribué au succès de la campagne “Solidarité en action”.

Cette aide a permis de répondre aux besoins primaires de 489 ménages, soit 2405 personnes. Parmi le groupe de bénéficiaires, environ 699 sont des enfants, vivant avec les mères chefs de famille. L’impact de notre campagne a été d’avoir réussi de manière ininterrompue [pendant la phase de quarantaine de 70 jours] à distribuer de la nourriture et des produits d’hygiène à la population la plus vulnérable.  

Difficultés rencontrées

Les restrictions de l’état d’urgence ont eu un fort impact sur le revenu des ménages, avec la fermeture d’espaces de travail et la limitation des activités économiques. Le gouvernement a cherché à atténuer les effets de la pandémie en approuvant un ensemble de mesures économiques et financières, telles que le “licenciement” en vigueur : protection de l’emploi, garantie des salaires et soutien au secteur informel; malgré cela, les difficultés financières des familles se sont aggravées.

On constate que ce sont les personnes en situation économique plus précaire qui sont les plus touchées financièrement par la crise. Ce groupe comprend 140 000 personnes vivant sur le seuil de pauvreté extrême.

Ainsi, la plus grande difficulté rencontre pendant la campagne “SOLIDARITE EN ACTION” d’ACRIDES était l’insuffisance de moyens financiers et matériels pour subvenir aux besoins primaires de toute la population. ACRIDES n’a pas pu répondre aux besoins alimentaires de tous les enfants vulnérables en particulier, et à toute la population Capverdienne en général.

Recommandations

ONG ACRIDES – Association pour l’enfance défavorisée lance un SOS aux organisations humanitaires, bailleurs des fonds, aux personnes de bonne volonté de venir en aide la population capverdienne en général, et les enfants et femmes touchés par la pandémie de COVID-19.

Signalons que bon nombre de familles passent nuit à la belle étoile et le grand nombre d’enfants et femmes risquent de souffrir de la malnutrition si rien n’est fait.

COMMENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.