Le projet “Eau et serviettes”

Actualisation été 2022

Nous sommes actuellement en train de mettre à jour et de modifier certains dépliants du projet. Heidi Bodmer, Pascale Vallée et Anne Yotchou participent à ce petit groupe de travail. Mais pour l’instant, nous voulons simplement vous dire ce que nous pensons de ce merveilleux projet, et à quel point il progresse bien !

Heidi – une vue d’ensemble

Malgré tous les problèmes auxquels nos collègues de l’AIF en Afrique et en Asie ont dû faire face pendant la période Covid, elles sont maintenant de retour sur la route avec le projet « Eau et serviettes ».

Jusqu’à présent, 9 organisations membres de l’AIF ont été actives dans 8 pays et ont déjà travaillé avec 15 écoles. Elles continueront leur éducation à la santé en septembre avec le début du nouveau trimestre. Elles espèrent également toucher de nouvelles écoles, voir les activités de RENATA et ZAW.

RENATA au Cameroun

Le 23 février 2022, un groupe de l’organisation RENATA a commencé ses activités au Lycée Technique de Bikok au sud de Yaoundé. Il a été suivi par l’école publique Kongola Jeolao à Maroua dans l’extrême nord du Cameroun le 18 mars 2022. Catherine Gisèle ABA FOUDA, Secrétaire Exécutive du Réseau National des Associations de Tantes a écrit dans son rapport : « …Soulignons ici que la plupart des parents s’intéressent peu ou pas aux règles de leur filles dans le sens où ils ne fournissent pas de serviettes hygiéniques à leurs enfants pendant les règles ni les moyens de s’en procurer pendant leurs règles pour que les filles parviennent au mieux à se protéger pendant leur période. Les différents sous-thèmes abordés avec les jeunes étaient entre autres
  • Puberté et hygiène corporelle
  • Avoir ses règles : une étape naturelle quand on grandit
  • Que faire quand les menstruations arrivent ? Hygiène menstruelle avec matériel réutilisable et matériel jetable
Les séances étaient particulièrement intéressantes puisque les jeunes étaient très participatives et posaient des questions notamment sur le point comment compter le cycle menstruel. La mobilisation des jeunes filles n’a pas été facile à cause de la grève des enseignants… »
Photo: The RENATA team

ZAW en Zambie

Voici un extrait du rapport rédigé par Edah Chimya, directrice exécutive de l’Alliance des femmes de Zambie.

« … Selon une étude publiée sur le site Web de BMC Public Health, environ 44 % des filles abandonnent l’école avant d’avoir terminé leurs études secondaires en Zambie.

C’est pourquoi, en mars 2022, l’organisation ZAW a repris ses activités de distribution d’eau et de serviettes hygiéniques à l’école primaire et secondaire de Chibwe à Kabwe en Zambie.

Les filles ont eu l’occasion d’exposer certains des défis à relever, dont les suivants

  • Absence de bloc d’ablution adapté aux besoins des femmes.
  • La pompe à eau de l’école s’est abîmée, il est difficile d’avoir assez d’eau pour se laver les jours de menstruation.
  • Les serviettes hygiéniques sont chères, la plupart des filles n’ont pas les moyens de les acheter et manquent donc l’école lorsqu’elles ont leurs règles.

Elles font face à beaucoup de stigmatisation de la part de leurs homologues, car avoir ses règles n’est pas hygiénique pour elles. »

Photo: Edah Chimya (gauche) et Directrice de Chimbwe Primary School Zambia
Ces appels urgents ne sont pas nouveaux pour nos collègues de l’AIF sur place. Elles en sont tous parfaitement conscientes, mais en raison de nos ressources financières limitées, elles conviennent également que la priorité doit être donnée à l’enseignement des connaissances sanitaires de base.

Anne et son pays

Au Cameroun, pays situé en Afrique Subsaharienne, plus au centre du continent, le cycle biologique menstruel reste encore tabou. Notre organisation CEFAP a démarré l’implémentation du projet « Eau et serviettes » dans la région de l’Ouest du Cameroun dans 3 établissements à Medjo avec 300 filles touchées. Par la suite, nous avons étendu le projet à d’autres régions du Cameroun comme le Centre et le Grand Nord.

Nous pouvons dire sans aucun doute que ce projet contribue réellement à donner une confiance en soi aux filles scolarisées et renforcer la prise de conscience dans les communautés de ce que toutes les filles subissent une fois par mois, durant une bonne partie de leur vie, des transformations biologiques à travers ce qui est appelé communément « règles » ou « menstrues ».

Au niveau de notre organisation nous estimons que 600 filles ont été touchées dans 9 établissements scolaires. Nous y avons eu des séances d’éducation, information et communication.

En outre, les brochures distribuées entraînent un changement général de comportement à l’égard des filles et des femmes.

Le déploiement dans les différentes localités qui ont déjà bénéficié du projet jusqu’ici n’a pas toujours été facile à cause des mauvaises routes, de l’insécurité dû à l’instabilité sociopolitique dans certaines parties du Cameroun comme dans le Grand Nord et aussi du manque de connexion de certaines zones au réseau internet. Mais toutes ces barrières et obstacles ne nous ont jamais empêché de rester motiver et concentrer sur nos objectifs avec à chaque fois, la même passion à être utile pour ces filles dans les écoles afin de les accompagner à un avenir meilleur. L’éducation est l’une des clés pour y arriver.

Nous sommes impatientes de poursuivre la mise en œuvre du projet pour l’année 2022 avec 3 écoles prévues dont le Lycée de Guider dans le Grand Nord, le Lycée de Kribi dans le Sud et nous repartons à Medjo à l’Ecole Publique où tout a commencé…

Pascale de France

Les règles mensuelles sont un élément essentiel de la vie.
Le cycle mensuel féminin est la période qui rythme la vie de toutes les femmes et permet de donner la vie. Ce cycle est crucial pour l’Humanité. Mais ces cycles sont fatigants et sources de déséquilibres hormonaux.

Les femmes doivent pouvoir être sereines, disposer de tous les moyens d’hygiène nécessaire et être soutenues.

Les règles devraient être perçus, par toutes et tous, comme la source de notre avenir et considérés avec respect et soin.

C’est une grande joie de voir l’implication de toutes ces coordinatrices de l’AIF dévouées pour permettre l’éducation et la formation des jeunes filles et garçons à propos du cycle mensuel féminin, source de tant de difficultés : tabous, violences, ignorance, manque d’hygiène et d’accès à l’eau, suivi scolaire…

Le projet WP est en phase de développement. Nous espérons d’avoir environs 20 écoles et au total, plusieurs milliers de jeunes qui bénéficient de ce projet passionnant.

Heidi résume

Le projet « Eau et serviettes » se développe très joliment.
Mais comme tout plante, il faut l’arroser. Et l’eau, dans notre cas, c’est l’argent. Nous sommes heureux de chaque don !

Pour en savoir plus sur toutes les activités réussies de WP, consultez le site Web « Eau et serviettes »

H.B. / P.V. / A.Y./ U.N.

COMMENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.