REMEO-GB-UEMOA

Activites de l’ONG Reseau des Femmes Operatrices Economiques da la Republique de Guinee Bissau

Munira_Jauad_Ribeiro

Mme Munira – Membre Individuelle de l’AIF et Présidente de REMEO-GB-UEMOA

Contexte

La situation de guerre et de coup d’Etat que traverse la Guinée-Bissau depuis une décennie a aggravé la pauvreté dans le pays, plus particulièrement dans les provinces sous occupation rebelle. La guerre a aggravé la pauvreté aussi bien des déplacés que les communautés hôtes locales. Les femmes et jeunes enfants été particulièrement frappés par le conflit. La dégradation de la situation socio-économique s’est poursuivie au cours de cette dernière décennie. Aucun secteur de l’activité économique (infrastructures, santé, agriculture, alimentation, éducation, etc.) n’a été épargné et cela a provoqué des distorsions sur les marchés des biens et services, sous l’impulsion à la fois du déséquilibre entre l’offre et la demande et des  politiques interventionnistes justifiées par l’état de guerre. Deux Bissau-Guinéens sur trois vivent en dessous du seuil de pauvreté, dont un tiers dans l’extrême pauvreté exacerbée par la montée de la pandémie de Covid-19.   

En Guinée-Bissau, en dépit du paludisme qui est l’une des causes principales de décès chez les enfants et femmes enceintes ; la pandémie de Covid-19, et ses effets dévastateurs sur les sociétés et les économies, illustrent combien la société a besoin de s’appuyer sur les femmes, que ce soit en première ligne ou dans les foyers. Dans le même temps, cette crise fait ressortir les inégalités structurelles qui existent dans tous les domaines, depuis la santé et l’économie jusqu’à la sécurité et la protection sociale. En temps de crise, lorsque les ressources s’amenuisent et que les capacités institutionnelles sont mises à rude épreuve, les situations auxquelles les femmes et les filles sont confrontées ont des impacts disproportionnés, et leurs effets sont d’autant plus amplifiés dans les contextes fragiles, de conflit ou d’urgence. Les acquis, arrachés de haute lutte en matière de droits des femmes, sont également menacés. La réponse à la pandémie ne se limite pas à rectifier des inégalités de longue date, il s’agit également de bâtir un monde résilient dans l’intérêt de tous, où les femmes sont au centre et aident au relèvement.

Eu égard à ce qui précède, la société civile Guinéenne et les organisations féminines continuent de travailler conjointement avec le département ministériel et l’Institut chargé de la femme pour essayer de solutions efficaces pour les problèmes qui gangrènent les femmes pendant cette période où sévisse la pandémie de Covid-19 partout dans le monde.

C’est ainsi que l’association REMEO-GB-UEMOA a mené de plaidoirie et lobbying auprès des bailleurs de fonds pour avoir de moyens afin d’exécuter un projet sensibilisation sur le lutte contre la Covid-19 en Guinée-Bissau. Au cours de cette année,  REMEO-GB-UEMOA  a réalisé les activités suivantes :

  • Organisation de 4 ateliers de formation sur les bonnes pratiques de sécurité et de santé comportementale dans la lutte contre la Covid-19 ;
  • Atelier d’initiation sur la fabrication des masques africains en tissu ;
  • Tenue de réunions préparatoires de coordination avec le département ministériel de conditions de femme et l’Institut de la Femme
  • Célébration de la journée internationale de la femme en collaboration avec l’Institut de la femme, spécial le 08 mars ;
  • Réunion préparatoire avec les organisations féminines de la Guinée-Bissau
  • Célébration de la journée nationale des femmes en Guinée-Bissau en décembre 2020 et le 30 au 31 janvier 2021

Recommandation

Nous recommandons au gouvernement Guinée-Bissau et autres bailleurs de fonds d’appuyer les organisations féminines afin que ces dernières sensibilisent les communautés locales à lutter contre la Covid-19 pour que la femme retrouve sa place initiale dans sa société.

COMMENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.